Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 17:23

delphine_de_vigan_rien_ne_s_oppose_a_la_nuit_lattes.jpg

RIEN NE S’ OPPOSE A LA NUIT
de Delphine de Vigan
JC Lattès, 450 p., 19 euros

 

    Rien-ne-s-oppose-a-la-nuit.jpgRien ne s'oppose à la nuit est le 6e livre de Delphine de Vigan, écrivaine contemporaine reconnue, souvent primée et que j'aime beaucoup lire. On retrouve dans ce roman de la rentrée littéraire 2011 la veine autobiographique présente dans Jours sans faim (article), un premier roman publié en 2001, sous le pseudonyme de Lou Delvig et dans Les Heures souterraines (article), roman publié en 2009 dans lequel elle raconte le harcèlement moral dont elle fut victime en tant que cadre dans une grande entreprise.

Le titre Rien ne s'oppose à la nuit est extrait du refrain de la chanson "Osez Joséphine" de Bashung, un artiste que j'aime beaucoup également.

 

     L'histoire

 

    "Et puis, comme des dizaines d'auteurs avant moi, j'ai essayé d'écrire ma mère". Cette phrase du roman indique clairement le projet de l'auteure dans un livre qui est aussi, selon François Busnel (émission La Grande librairie du 15 septembre 2011), "l'histoire d'une famille joyeuse et dévastée".

Deux ans après son décès, Delphine de Vigan raconte, bien au-delà de la vie de sa mère, l'histoire de la douleur de cette femme, prénommée Lucile, une femme très belle (voyez la couverture...), mais extrêmement fragile, maniaco-dépressive, traumatisée par un probable inceste et la mort par accident ou par suicide de trois de ses frères. L'auteure interroge la mémoire familiale pour "approcher la douleur de [sa] mère, en explorer les contours, les replis secrets, l'ombre portée."

 

     Mes impressions

 

     "Ma mère est morte, mais je manipule un matériau vivant". Le roman s'ouvre en effet sur la découverte terriblement traumatisante du cadavre de Lucile, âgée de 61 ans, qui s'est suicidée chez elle,  plusieurs jours auparavant. Delphine de Vigan dépeint la scène et analyse avec une acuité extraordinaire l'état de choc dans lequel elle est plongée à ce moment-là. Elle reviendra sur ce moment terrible en clôture du roman. Je vous renvoie à la lecture de l'incipit faite par Marie-Claude Pietragalla lors de la soirée Rentrée littéraire organisée par la Fnac le 31 août 2011 (vidéo You tube en bas de l'article).

Puis, Delphine de Vigan reconstitue l'histoire familiale, fouille dans les archives : photos, bandes sonores, lettres de Lucile, documents divers sont compulsés, analysés. Viennent s'ajouter à ces sources de travail, les témoignages de membres de la famille, les soeurs de Lucile notamment. La question de l'inceste est posée, difficile parce que non prouvée, mais fort probable.

Parallèlement, l'auteure propose une réflexion très fine sur l'acte d'écrire, sa portée et ses limites, notamment dans le récit rétrospectif, dans cette entreprise de reconstitution autobiographique qui pose également la question de la vérité :"l'écriture ne peut rien. Tout au plus permet-elle de poser les questions et d'interroger la mémoire" affirme l'auteure tout en expliquant un peu plus loin : "Sans doute avais-je espéré que, de cette étrange matière, se dégagerait une vérité. Mais la vérité n'existait pas. Je n'avais que des morceaux épars et le fait même de les ordonner constituait déjà une fiction. Quoi que j'écrive, je serais dans la fable." (page 47)

L'intérêt du livre, outre le style toujours exceptionnel, repose aussi sur le glissement du biographique à l'autobiographique, que permet l'existence d'imbrications très fortes entre les destinées des membres de cette famille, dont Delphine de Vigan elle-même. En tant qu'écrivaine, elle se pose alors une autre question fondamentale, celle de la transmission, lourde et subie parfois : hérite-t-on du malheur de nos proches ? Un livre peut-il aider à sortir de cette sorte de spirale infernale qu'est la malédiction familiale ? Et puis, comment rester objective quand on évoque un sujet aussi sensible que la vie de sa propre mère maniaco-dépressive qui plus est ? (La fragilité de Lucile a profondément marqué ses deux filles et est sans doute à l'origine du trouble anorexique décrit et raconté dans Jours sans faim).

Pourquoi écrire sur soi à travers la mémoire familiale et rendre cette histoire publique ? C'est la question que pose Delphine de Vigan dans le discours qu'elle a prononcé lors de la remise du prix Fnac. Dans la Grande librairie (émission du 15 septembre 2011 dont le lien est donné plus haut), elle explique qu'il s'agit pour elle de remonter à l'origine de l'écriture. Dans le roman, elle évoque le jour de la première hospitalisation de Lucile et en fait un moment fondateur : "J'écris à cause du 31 janvier 1980. L'origine de l'écriture se situe là, je le sais de manière confuse, dans ces quelques heures qui ont fait basculer nos vies, dans les jours qui les ont précédées et le temps d'isolement qui a suivi." Ces épisodes de l'enfance, à l'origine d'un traumatisme intense, sont évoqués avec une émotion particulière, très palpable dans l'écriture même. Mais le regard adulte prend de la hauteur, laissant circuler l'amour pour Lucile, et la compréhension de "son mutisme anéanti".


     "J'écris ce livre parce que j'ai la force aujourd'hui de m'arrêter sur ce qui me traverse et parfois m'envahit, parce que je veux savoir ce que je transmets, parce que je veux cesser d'avoir peur qu'il nous arrive quelque chose comme si nous vivions sous l'emprise d'une malédiction, pouvoir profiter de ma chance, de mon énergie, de ma joie, sans penser que quelque chose de terrible va nous anéantir et que la douleur, toujours, nous attendra dans l'ombre."

François Busnel parlait d'un "roman absolument extraordinaire" dans l'introduction de son émission. Vous l'aurez compris, ce livre m'a également profondément touchée. D'ailleurs, il a reçu plusieurs prix dont le prix du roman Fnac, le prix Renaudot des lycéens et le prix France télévisons 2011. A lire d'urgence donc, si ce n'est déjà fait.

 

Bonne lecture !

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Aquaboniste atrabilaire 23/09/2012 23:32


La femme splendide de blondeur et de rock'roll attitude sur la couverture, plus classieuse que Catherine Deneuve encore, c'est Lucile, la mère de l'auteur, et héroïne malgré elle de ce beau
livre. Douloureux aussi, car c'est de la vie qui est racontée là, de la vraie, qui finit souvent, voire toujours mal, et parfois se déroule en montagnes russes, avec la schizophrénie comme
balancier précaire, pour tout viatique, chez certains malchanceux de la bonne pioche. Comme quoi on peut être jolie comme un coeur et absente à soi-même et à ses très proches, dans des moments
d'absence donc, pas sa faute, à la jolie Lucile qui irradie de lumière noire et blanche sur la photo. On voit déjà qu'elle est du genre à walker on the wild side, poésie brute à la Bashung,
Velvet, Lou Reed, les seventies de sa jeunesse. C'est aussi une éternité que lui a conféré sa fille, dans la lumière désormais Lucile, tout est pardonné. Livre magnifique, roman familial et
universel, mais pas l'histoire de tout le monde, celle de chacun qui souffre, a souffert, souffrira ou fera souffrir. Ca fait du monde, ça mérite que tout le monde le lise, cqfd.

Nina 09/06/2012 16:30

Je l'ai lu et je suis du même avis que toi, il faut lire ce livre qui va au-delà du constat familial personnel de l'auteur mais nous emmène dans nos propres vies, et nous fait réfléchir à nos
silences, nos dénis, nos lâchetés... Un roman extrêmement profond qui parle à chacun de nous.

Heide 11/06/2012 18:43



Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse Nina. D'ailleurs, pour avoir discuté avec d'autres lecteurs, cette réflexion que suscite le livre peut déranger. Je connais une personne qui a trouvé
le récit très morbide, ce qui n'a pas été mon cas, du tout. Il faut être prêt à ce retour inévitable sur soi-même.



Anis 26/05/2012 11:46

Il est dans ma pile, mais comme elle s'allonge chaque mois cela devient un vrai casse-tête !

Heide 28/05/2012 14:45



L'été approche à grands pas ! Cela te permettra peut-être de te dégager un peu de temps.



Leiloona 23/05/2012 14:32

Un roman personnel qui touche l'universel. :)

Heide 28/05/2012 14:42



Oui, tu as parfaitement raison ! Comme dans tous les romans de Delphine de Vigan, la réflexion est humaniste et dépasse le cadre strict de l'histoire ficitve ou réelle ici.



denis 22/05/2012 22:32

merci pour cette riche et belle présentation d'une auteure que je n'ai jamais lu encore

Heide 23/05/2012 08:14



C'est important pour moi de mettre en valeur les livres de Delphine de Vigan. C'est une femme intelligente, fragile et une écrivaine vraiment talentueuse. Elle porte un regard très fin sur la
société actuelle à travers des archétypes féminins qui continuent à nous hanter bien après la lecture.



Présentation

  • : Le blog de Heide
  • Le blog de Heide
  • : Un tour d'horizon de mes lectures, contemporaines ou classiques. De la poésie, juste pour le plaisir des mots ... De la littérature de jeunesse, au fur et à mesure de mes découvertes. Un peu de cinéma et de la BD de temps à autre ... Bienvenue ... à fleur de mots!
  • Contact

livre-volant.jpg

 

 

A lire absolument ! Efflorescences IsmaëlBilly

  Toutes les critiques parues sur Efflorescences d'Ismaël Billy

sont recensées sur la page web de l'écrivain. (ICI)

 

 
 


plume-ecrire-blog.jpg

Recherche

En ce moment, je lis / j'écoute ...

Duras le marin de g Jung_ame_vie_poche.jpg Lettre-a-Helga_2812.jpeg Camus_Lamortheureuse.jpg

Archives

Mon rendez-vous philo

chouette-300x211 

Pour en savoir plus sur le rendez-vous hebdomadaire et la lecture thématique mensuelle, c'est ICI.
La communauté "Les Lundis philo"est créée, n'hésitez pas à vous y inscrire !

 

10e rendez-vous thématique :

Lundi 12 août 2013 (date décalée)

Thème : le temps

Anis ?

Coccinelle

Denis

Lee Rony

Sophie ?

Heide

 

9e rendez-vous thématique :

Lundi 1er juillet 2013

Thème : le philosophe Albert Camus 

Coccinelle (alias Catherine) : Albert Camus

Denis : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Lee Rony : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Heide : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

 

8e rendez-vous thématique :

Lundi 3 juin 2013

Thème : Au bout du monde 

Deux approches : le voyage

et/ou

Philosophes/Philosophie du bout du monde (Asie, Moyen-Orient, Amérique latine, Australie...)

Anis : Les femmes, la philosophie et le voyage

Catherine : Au bout du monde avec l'idée de Dieu dans la philosophie religieuse de la Chine (Léon de Rosny)

Denis : Montesquieu, Voyages, Arléa

Lee Rony : Au bout du monde

Heide : Montaigne et le voyage

 

7e rendez-vous thématique :

Lundi 6 mai 2013

Thème : Littérature et philosophie

(Lecture commune récréative : Martin et Hannah de Catherine Clément)

Catherine lance deux débats passionnants pour dépasser le clivage entre littérature et philosophie.

Denis sur  Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder. A consulter aussi Hannah Arendt et Martin Heidegger de Elzbieta Ettinger (essai) : ici.

Lee Rony

Sophie sur Voltaire

Heide sur Martin et Hannah de Catherine Clément

 

6e rendez-vous thématique :

Lundi 1er avril 2013

Thème : La philosophie et le rire 

Catherine : Qui a écrit "Le rire est le propre de l'homme ?"

Denis  : autour d'une citation sur le rire philosophique. Candide de Voltaire (en attendant Bergson)

              Le Rire de Bergson

Lee Rony : Historique de la notion, façon Lee Rony.

Heide : Bergson, Le Rire, Essai sur la signification du comique

 

5e rendez-vous thématique :

Lundi 4 mars 2013

Thème : Femmes philosophes

Catherine : Cléobouline, l'une des premières femmes philosophes (Grèce antique)

Denis : Simone Weil, femme philosophe (1ère partie : sa vie et son oeuvre)

2e partie : La Pesanteur et la grâce (ICI)

Lee Rony signe un poème satirique "Femmes philosophes"

Heide : Hannah Arendt et la crise de la culture (1ère partie : présentation)

 

4e rendez-vous thématique :

Lundi 4 février 2013

Thème : Freud et la psychanalyse

Catherine : points communs et différences entre psychanalyse et philosophie

Denis : Le Malaise dans la culture de Sigmund Freud

Lee Rony  bientôt sur le divan avec cette lettre de son médecin traitant... Excellent ! 

Heide  : le fonctionnement de l'appareil psychique et L'Avenir d'une illusion


  3e rendez-vous thématique :

Lundi 7 janvier 2013

Thème : l'art, la beauté dans l'art

Catherine sur une citation de Platon

Denis sur Kandinsky, Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier

Lee Rony sur la question du point de vue, les rapports entre la distorsion des perceptions et la beauté artistique.

Heide sur un texte de Soseki Natsume, extrait d'Oreiller d'herbes, 1906


2e rendez-vous thématique :

Lundi 3 décembre 2012

Thème : la sagesse

Catherine : Oh non George ! Un album de Chris Haughton

Denis : ABC d'une sagesse par Svami Prajnanpad

Lee Rony : "Poésie lexicale"

Heide : Mathieu Ricard, Plaidoyer pour le bonheur

 

1er rendez-vous thématique :

Lundi 5 novembre 2012

Thème : le bonheur

Catherine : Le bonheur

Denis : Bruno Fabre, La Pyramide du bonheur

Lee Rony : Le bonheur

Heide : Le bonheur selon Marc-Aurèle

 

Challenge Marguerite Duras

LIRE L'OEUVRE DE MARGUERITE DURAS

mdjeuneInformations, inscriptions et dépôt de vos liens en cliquant ICI.


Je vous propose deux logos à insérer dans vos articles :

 

duras sourire

 

duras imec 1N'hésitez pas à nous rejoindre pour découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Marguerite Duras. Pensez à demander votre inscription à la communauté, si vous le souhaitez. Cela permet de recenser facilement l'ensemble des articles publiés.

 

Bibliographie et filmographie avec les liens vers les articles publiés : CLIC (en construction)

 

Deux sites incontournables : l'Association Marguerite Duras, qui organise notamment les Rencontres Duras au printemps et Duras mon amour (site géré par des étudiants italiens)

J'y participe

icone_redacteur2.gif

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

 

Challenge-Christian-Bobin

 

Challenge-Genevieve-Brisac-2013

 

 

challenge-daniel-pennac

 

 

voisins-voisines-2013

  

Defi-PR1

 

Classique-final-3.jpg

 

Ecoutonsunlivre

 

logochallenge2

 

logo-challenge-c3a0-tous-prix

 

logo-c3a9crivains-japonais 1

 

Arsene

 

camille-pissarro-the-louvre-and-the-seine-from-the-pont

 

challenge1_CarnetsderouteFBusnel.jpg

 

jelisalbums.jpg

 

ContesChallenge.jpg