Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 20:02

Kessel_l-equipage-111179-250-400.jpgJoseph Kessel, L’Equipage, 1923

Folio n° 864,

Roman 220 pages

 

Je dois le dire d’emblée, ce roman est un véritable coup de cœur, totalement inattendu qui plus est car, a priori, je ne pensais pas être réceptive à l’ambiance très masculine de la vie d’une escadrille durant la Première guerre mondiale ! Mais l’élégance sobre du style, la grandeur d’âme des héros et l’histoire d’un amour impossible sur ce fond historique tragique ont eu raison de mes premières réticences.

 

Au début du roman, l’aspirant Jean Herbillon quitte ses proches pour partir à la guerre. « Il avait vingt ans. C’était son premier départ pour le front. » Et déjà, « […] sa jeunesse n’acceptait pas la guerre sans l’habiller d’une héroïque parure. » (13) A la gare de l’Est, il retrouve les soldats de retour de permission, et se mêle à « leurs groupes  avec un sentiment de fierté fraternelle » : « il les aimait pour leurs souffrances, surtout pour le signe que la mort dépose sur les hommes qu’elle guette. » (13) Et puis la femme dont il est amoureux  est venue le retrouver, Denise, sa maîtresse  sans laquelle « il eût manqué à son départ une gloire. » (14) Nous apprendrons plus tard que la jeune femme est mariée et qu’elle a menti sur son identité : elle s’appelle en réalité Hélène Maury, ce qui aura une importance cruciale dans l’intrigue.

Tout au long de ce roman d’aventures et d’action, le lecteur suit l’évolution du jeune aspirant Herbillon, prêt à tous les sacrifices et à beaucoup de courage pour atteindre son rêve de gloire et d’honneur. Il fera ses armes au sein de l’escadrille dirigée par le Capitaine Gabriel Thelis, un jeune homme profondément humain, que chacun admire sans réserve tant son charisme est flamboyant. Herbillon fera à ses côtés son baptême du feu.

Avec la vie au mess, Kessel peint les amitiés viriles, fraternelles et entières et l’impatience de ces hommes, pressés d’en découdre avec l’ennemi : on entre dans l’aviation pour être un héros et plaire aux femmes. Mais l’équipage formé par Claude Maury et Jean Herbillon n’échappera pas aux pièges de l’amour, plus dangereux encore que les combats aériens. Dans cette très belle citation, - « […] une femme a cent visages tous aussi véritables, car ce n’est pas elle qui les façonne mais ceux qui la regardent en la chérissant. » (100) -  se noue la dimension tragique du roman. Ainsi, l’amitié entre Maury et Herbillon résistera-t-elle aux mensonges et aux remords, aux non-dits et à la déception ? Seront-ils toujours en mesure de se protéger l’un l’autre quand leurs corps rendus soudain plus vulnérables par la morsure de l’orgueil seront exposés, derrière la carlingue, aux tirs ennemis ?

 

Joseph Kessel conjugue littérature et action, dans la veine de Malraux ou de Saint-Exupéry, des auteurs de la même génération, qui écrivent aussi sur l’aventure vécue. Car en 1916, Kessel s’est lui-même engagé dans l’aviation et a participé ensuite, avec le grade de lieutenant,  à des missions dangereuses de combat et de reconnaissance.

L’Equipage s’appuie donc sur l’expérience personnelle de l’écrivain, qui décrit avec un lyrisme magnifique les combats aériens des premiers avions. Pour moi, Jean Herbillon a les caractéristiques des grands héros romantiques tant sa communion avec les éléments est puissante. De plus, la dimension épique de son parcours apparaît avec force dès les premières pages du roman. Grâce à une analyse psychologique extrêmement fine, Kessel dessine, dans un même mouvement, la part d’ombre et la grandeur de l’être humain, tiraillé entre le sens de l’honneur et du devoir, la fidélité en amitié aussi bien qu’en amour, les tiraillements du désir dont les conséquences, dans l’histoire d’amour de Denise/Hélène et de Jean, sont totalement incompatibles avec l’intérêt collectif et le code d’honneur des armées.

Pour construire cette superbe « épopée humaniste », Kessel souligne les nœuds dramatiques, les lignes de force conflictuelles entre les personnages, notamment entre Claude Maury, le mari bafoué et Jean Herbillon, l’amant tourmenté. Pour comprendre ce qui les unit, j’ai noté ce très beau passage : « Et tous deux – âmes jumelles d’une cellule unique – liaient leur savoir et leur divination pour mener à bien la même tâche. Ils avaient beau souffrir l’un par l’autre, se haïr même, leurs sens, leurs nerfs, emmêlés aussi étroitement que les commandes de l’appareil, travaillaient à l’unisson. Rouages intelligents de la frêle et puissante machine qui les emportait, le même fluide circulait entre eux. » (203) Si les deux hommes forment un équipage uni dans les airs, lors des missions de combat ou de reconnaissance, des tensions extrêmes naissent entre eux, sur la terre ferme, pour l’amour de la même femme. Vous l’aurez compris, Hélène/Denise est la femme légitime de Claude que Jean aime comme un frère, ce qui rend l’amour entre les deux amants réellement impossible. D’où le remord, d’où les soupçons et tout le cortège d’émotions profondément humaines, de la jalousie à la compassion, de la haine à l’amour fraternel ou charnel, qui s’entremêlent dans une situation extrêmement complexe. 

La question du destin est également posée : Jean Herbillon, qui se sentait confusément « invulnérable » lors de ses premières sorties, prend progressivement conscience de la fragilité de la vie et de l’aspect aléatoire de ses missions. « Les questions qui lors de son premier départ semblaient essentielles n’existaient plus pour lui. Il savait maintenant que l’on n'étonnait personne à l’escadrille par le courage, car, brave ou non, chacun faisait honnêtement la même tâche périlleuse ; il savait que l’art de regarder valait plus que la témérité, que les fantaisies d’une balle folle faisaient un victorieux aussi bien qu’une victime et que la chance régissait les exploits. Le hasard dont il était le sujet passif lui inspirait une crainte dont il n’avait plus honte, sûr de ressaisir dans sa carlingue le sang-froid nécessaire et toute sa volonté de réussir. » (109)

Dans ce monde d’hommes et face au devoir qui les brise un par un, la femme apparaît comme celle qui ne se soumet jamais : « Elle pouvait, contrainte, subir la règle des hommes. Elle ne l’accepterait jamais dans la part essentielle de son être. » (192)

 

Il est parfois difficile de trouver des mots justes et suffisamment forts pour dire à quel point un roman nous a émus. Alors, je ne peux que vous en recommander très chaleureusement la lecture. Je commencerai dès la semaine prochaine un autre Kessel, La Passante du Sans-Souci ou L’Armée des ombres, très probablement. D’autres suivront, comme Mermoz, après Le Lion que j’aimerais relire aussi tant je l’avais adoré à l’adolescence. 

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune organisée en avril par Denis pour « Littératures francophones d’ailleurs ». Je rattache également ce billet au challenge "Un classique par mois" chez Stephie.

 

Quelques éléments biographiques :

 

Joseph Kessel est né en 1898 à Clara, en Argentine, de parents russes. Après la guerre qui a interrompu tous ses projets de carrière, Kessel consacre sa vie à la littérature et au journalisme. Ses voyages, nombreux, formeront la matière de ses écrits jusqu’à la Seconde guerre mondiale qui met un nouveau terme à ses activités. En 1940, il devient correspondant de guerre et en 1941, il entre dans la Résistance française. Il passe alors clandestinement en Angleterre où il compose avec Maurice Druon, les paroles du Chant des partisans. Après la guerre, voyages, reportages et romans reprennent. En 1963, Joseph Kessel est élu à l’Académie française.

 

Belle lecture !

 

Heide

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1 WOTCKMJU

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

max 09/01/2016 12:17

Bonjour, j'ai un devoir à faire en Français et je voudrais savoir qui serait l'opposant dans ce livre.
Quelqu'un pourrait-il m'aider ? Merci d'avance.

Anis 02/05/2013 08:51


Pour avoir lu plusieurs de ces ouvrages, on y prend plaisir. Je l'ai découvert avec surprise. Je vais m'inscrire sà ta communauté car j'ai découvert un petit livre qui va faire parfaitement
l'affaire : Le discours sur le bonheur de Emilie du Châtelet.


En attendant quelque chose t'attend chez moi:


http://www.litterama.fr/article-liebster-award-2013-117506647.html


 

Heide 02/05/2013 17:31



J'y vais Anis. Veux-tu dire que tu t'inscris aux lundis philo ? 


Eh oui ! Inscription validée ! J'en suis vraiment très, très heureuse !



DENIS 30/04/2013 21:59


heureux que tu aies un coup de coeur pour ce livre et l'auteur


Kessel est à lire régulièrement. Chez lui l'amitié est sacrée, c'est ainsi qu'il a pu appréicer Mermoz, un livre fort à lire aussi.


 


Je ferai demain le récap des lectures du mois Kessel et du challenge ensuite

Heide 01/05/2013 12:28



Ah oui, c'est un vrai coup de coeur et Kessel est de ces auteurs qu'on a peine à quitter, comme Camus ou Duras. J'ai envie de lire l'oeuvre intégrale, c'est te dire ! Mermoz me tente
beaucoup, d'autant plus car il y est question d'amitié.


Je lirai avec plaisir les articles des bloggeurs qui auront participé au mois Kessel. Laure publiera en mai : tu devrais prolonger le mois Kessel en mai ! Tu auras sans doute des amateurs et
j'aurai d'autres articles à écrire d'ici le 31.



laure 30/04/2013 20:30


Et je voulais ajouter que c'était encore un magnifique article Heide :)

Heide 01/05/2013 12:18



Merci beaucoup Laure ! J'ai également beaucoup de plaisir à lire les tiens tant ils sont fouillés et sensibles.



laure 30/04/2013 20:29


J'avais eu un coup de coeur pour L'armée des ombres, j'en avais fait un billet sur mon blog et pourtant moi ausssi j'étais un peu réticente avec le sujet (la résistance française pendant la
guerre) me disant que j'en avais suffisamment lu, mias la plume de Kessel est superbe et d'une force indéniable. Je n'ai pas encore lu le livre que j'avais prévu pour la lecture d'avril mais je
le ferai en mai.


Bonne soirée Heide :)

Heide 01/05/2013 12:16



J'aimerais lire très rapidement L'Armée des ombres. Tu as raison, la plume de Kessel est magnifique, ample et j'y ai trouvé une élégance toute particulière. Bises !



Présentation

  • : Le blog de Heide
  • Le blog de Heide
  • : Un tour d'horizon de mes lectures, contemporaines ou classiques. De la poésie, juste pour le plaisir des mots ... De la littérature de jeunesse, au fur et à mesure de mes découvertes. Un peu de cinéma et de la BD de temps à autre ... Bienvenue ... à fleur de mots!
  • Contact

livre-volant.jpg

 

 

A lire absolument ! Efflorescences IsmaëlBilly

  Toutes les critiques parues sur Efflorescences d'Ismaël Billy

sont recensées sur la page web de l'écrivain. (ICI)

 

 
 


plume-ecrire-blog.jpg

Recherche

En ce moment, je lis / j'écoute ...

Duras le marin de g Jung_ame_vie_poche.jpg Lettre-a-Helga_2812.jpeg Camus_Lamortheureuse.jpg

Archives

Mon rendez-vous philo

chouette-300x211 

Pour en savoir plus sur le rendez-vous hebdomadaire et la lecture thématique mensuelle, c'est ICI.
La communauté "Les Lundis philo"est créée, n'hésitez pas à vous y inscrire !

 

10e rendez-vous thématique :

Lundi 12 août 2013 (date décalée)

Thème : le temps

Anis ?

Coccinelle

Denis

Lee Rony

Sophie ?

Heide

 

9e rendez-vous thématique :

Lundi 1er juillet 2013

Thème : le philosophe Albert Camus 

Coccinelle (alias Catherine) : Albert Camus

Denis : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Lee Rony : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Heide : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

 

8e rendez-vous thématique :

Lundi 3 juin 2013

Thème : Au bout du monde 

Deux approches : le voyage

et/ou

Philosophes/Philosophie du bout du monde (Asie, Moyen-Orient, Amérique latine, Australie...)

Anis : Les femmes, la philosophie et le voyage

Catherine : Au bout du monde avec l'idée de Dieu dans la philosophie religieuse de la Chine (Léon de Rosny)

Denis : Montesquieu, Voyages, Arléa

Lee Rony : Au bout du monde

Heide : Montaigne et le voyage

 

7e rendez-vous thématique :

Lundi 6 mai 2013

Thème : Littérature et philosophie

(Lecture commune récréative : Martin et Hannah de Catherine Clément)

Catherine lance deux débats passionnants pour dépasser le clivage entre littérature et philosophie.

Denis sur  Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder. A consulter aussi Hannah Arendt et Martin Heidegger de Elzbieta Ettinger (essai) : ici.

Lee Rony

Sophie sur Voltaire

Heide sur Martin et Hannah de Catherine Clément

 

6e rendez-vous thématique :

Lundi 1er avril 2013

Thème : La philosophie et le rire 

Catherine : Qui a écrit "Le rire est le propre de l'homme ?"

Denis  : autour d'une citation sur le rire philosophique. Candide de Voltaire (en attendant Bergson)

              Le Rire de Bergson

Lee Rony : Historique de la notion, façon Lee Rony.

Heide : Bergson, Le Rire, Essai sur la signification du comique

 

5e rendez-vous thématique :

Lundi 4 mars 2013

Thème : Femmes philosophes

Catherine : Cléobouline, l'une des premières femmes philosophes (Grèce antique)

Denis : Simone Weil, femme philosophe (1ère partie : sa vie et son oeuvre)

2e partie : La Pesanteur et la grâce (ICI)

Lee Rony signe un poème satirique "Femmes philosophes"

Heide : Hannah Arendt et la crise de la culture (1ère partie : présentation)

 

4e rendez-vous thématique :

Lundi 4 février 2013

Thème : Freud et la psychanalyse

Catherine : points communs et différences entre psychanalyse et philosophie

Denis : Le Malaise dans la culture de Sigmund Freud

Lee Rony  bientôt sur le divan avec cette lettre de son médecin traitant... Excellent ! 

Heide  : le fonctionnement de l'appareil psychique et L'Avenir d'une illusion


  3e rendez-vous thématique :

Lundi 7 janvier 2013

Thème : l'art, la beauté dans l'art

Catherine sur une citation de Platon

Denis sur Kandinsky, Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier

Lee Rony sur la question du point de vue, les rapports entre la distorsion des perceptions et la beauté artistique.

Heide sur un texte de Soseki Natsume, extrait d'Oreiller d'herbes, 1906


2e rendez-vous thématique :

Lundi 3 décembre 2012

Thème : la sagesse

Catherine : Oh non George ! Un album de Chris Haughton

Denis : ABC d'une sagesse par Svami Prajnanpad

Lee Rony : "Poésie lexicale"

Heide : Mathieu Ricard, Plaidoyer pour le bonheur

 

1er rendez-vous thématique :

Lundi 5 novembre 2012

Thème : le bonheur

Catherine : Le bonheur

Denis : Bruno Fabre, La Pyramide du bonheur

Lee Rony : Le bonheur

Heide : Le bonheur selon Marc-Aurèle

 

Challenge Marguerite Duras

LIRE L'OEUVRE DE MARGUERITE DURAS

mdjeuneInformations, inscriptions et dépôt de vos liens en cliquant ICI.


Je vous propose deux logos à insérer dans vos articles :

 

duras sourire

 

duras imec 1N'hésitez pas à nous rejoindre pour découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Marguerite Duras. Pensez à demander votre inscription à la communauté, si vous le souhaitez. Cela permet de recenser facilement l'ensemble des articles publiés.

 

Bibliographie et filmographie avec les liens vers les articles publiés : CLIC (en construction)

 

Deux sites incontournables : l'Association Marguerite Duras, qui organise notamment les Rencontres Duras au printemps et Duras mon amour (site géré par des étudiants italiens)

J'y participe

icone_redacteur2.gif

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

 

Challenge-Christian-Bobin

 

Challenge-Genevieve-Brisac-2013

 

 

challenge-daniel-pennac

 

 

voisins-voisines-2013

  

Defi-PR1

 

Classique-final-3.jpg

 

Ecoutonsunlivre

 

logochallenge2

 

logo-challenge-c3a0-tous-prix

 

logo-c3a9crivains-japonais 1

 

Arsene

 

camille-pissarro-the-louvre-and-the-seine-from-the-pont

 

challenge1_CarnetsderouteFBusnel.jpg

 

jelisalbums.jpg

 

ContesChallenge.jpg