Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 08:58

Sizun Femmedel'allemand

Le Livre de poche (282 pages)

Editions Arléa, 2007

 

« Une incroyable émotion emporte le lecteur à chaque page. Il est des romans vrais qui vous restent en tête longtemps. » Cette critique très élogieuse, que l’on peut lire sur la quatrième de couverture, est de Xavier Houssin (Le Monde des livres), mais elle dit exactement ce que j’ai ressenti en lisant cette bouleversante histoire, construite par petites touches successives, au fil de la narration.

 

Fanny est maniaco-dépressive. Dans le Paris de l’après-guerre, elle vit seule avec sa fille Marion, qu’elle surnomme affectueusement « Funny face ». Fanny, Funny, la relation mère-fille est fusionnelle. Marion est née en 1945, d’un père allemand, qu’elle n’a pas connu et que sa mère a passionnément aimé, contre l’avis de tous… Mais depuis la terreur de « la petite route de campagne », en 1947, leur quotidien est rythmé par les rechutes de la maladie, des crises très angoissantes à l’origine de l’inévitable délitement de leur relation, car il faut bien se résoudre à haïr pour pouvoir grandir…

 

La Femme de l’Allemand est un de ces romans dont la lecture vous laisse un peu sonné, comme au sortir d’un sommeil léger : pendant quelques secondes, après avoir refermé le livre, on ne sait plus très bien où le rêve vous a déposé. Il fut bien difficile de me détacher de cette superposition d’images, d’idées subconscientes, que le roman avait fait naître en moi : des sentiments confus, enfouis de longue date, réminiscences douloureuses, mais sans doute libératrices. Un cadeau en somme, comme la littérature peut vous en faire, avec l’élégance de l’inattendu.

J’ai donc mis du temps à revenir à la réalité, à sortir du livre, à me détacher du destin de Marion, que Marie Sizun a su rendre si attachante, à deux ans comme à dix-sept, si vraie dans sa quête d’identité bien légitime au vu des circonstances de sa naissance, si touchante lorsque la culpabilité prend son innocence – « c’est toi qui as envoyé la femme de l’Allemand à la maison des fous » (108) – si lucide enfin face à la vérité de ses origines.

 

La Femme de l’Allemand  est un roman sur le regard et le choix de la 2e personne, le « tu », donne un ton intimiste au récit. Finalement, ce que le narrateur raconte à Marion, c’est le regard qu’elle portait sur sa mère, et l’évolution de ce regard aussi - « ce regard de petit juge », que confère une maturité acquise trop tôt. Plus tard, au son d’un chant de révolte récurrent (que je vous laisse découvrir), on tremble pour Marion tant les yeux de Fanny se font menaçants…

Le narrateur évoque également la fascination que Fanny lui inspirait, par exemple, pendant son sommeil et « la peur de cette bouche ouverte sur l’ombre. » (58) Ce faisant, il nous convie, nous lecteurs, à  imaginer la détresse de l’enfant, son angoisse face à cette femme fragilisée par la maladie, par les rechutes et les électrochocs, prise devant sa fille, qui la guette et l’observe sans cesse, d’une « tristesse sans larmes et sans paroles. »

Marie Sizun a l’art de mettre en valeur un détail dans les portraits qu’elle nous offre de cette mère malade : « quelquefois, et c’est pire, elle pleure sans bruit, des larmes qui coulent toutes seules sur ses joues mortes. » (97) Bouffée d’émotion…

 

Au fil du texte, le lecteur découvre des bribes de l’histoire de Marion, qu’il a pour tâche de reconstituer avec elle, comme on ferait un puzzle après avoir étalé devant soi un stock d’images. Ces images, ce sont celles de Marion, celles qui naissent dans son esprit vide de souvenirs, mais avide d’informations nouvelles, sur son père, sur le passé de sa mère. Car, avec le reste de la famille, les relations sont compliquées et certaines « images » du passé interdites…

Mais comment se construire sans connaître une partie de ses origines ? Comment s’épanouir sans conscience claire de son identité avec comme unique référent quotidien, un « double » de soi-même, que la maladie dédouble fréquemment, vous laissant « confondue d’amour et d’effroi » ?

Alors Marion, ne peut-il rester que la solution de te fondre dans l’anonymat du lycée pour cacher « ce que tu es » au lieu d’oser revendiquer un jour « qui tu es » ? (122)

AVT_Marie-Sizun_6379.jpeg

Marie Sizun (Babelio)


Un grand merci à Marie Sizun pour ces instants littéraires de pure émotion. D’autres chroniques de ses romans viendront très bientôt, en attendant la rentrée littéraire !

Ce roman magnifique a été récompensé du Grand Prix des lectrices Elle roman 2008.

 

Je vous invite à lire les avis tout aussi élogieux de Laure et de Mazel.

Un léger déplacement est également présenté sur mon blog. Vous trouverez dans cet article une biographie de Marie Sizun. (clic)

 

Belle lecture !

 

Heide

logo-challenge-c3a0-tous-prix

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine:) 03/06/2013 02:42


C'est que tu donnes vraiment envie de le lire, ce roman!

Heide 04/06/2013 19:50



C'est un roman poignant et tellement bien écrit. Je suis contente qu'il trouve d'autres lecteurs.



DENIS 02/06/2013 18:29


un livre à retenir donc

Heide 02/06/2013 19:18



Effectivement.



sous les galets 23/05/2013 13:04


Ton billet est magnifique, et très poignant , Laure m'avait déjà convaincue, tu as donné le coup de grâce.


Je vais le lire

Heide 24/05/2013 15:54



Merci ! Et je suis ravie de t'avoir convaincue. (J'espère aussi pour Le Choix de Sophie... )


 



Anis 22/05/2013 18:26


J'avais vraiment adoré ce livre. Tous les mouvements de l'âme, les désordres intérieurs, le combat contre le silence, toute la réflexion sur la honte.

Heide 22/05/2013 22:15



Oui exactement ! La réflexion sur la honte, la culpabilité, la bipolarité des sentiments, de l'amour au désespoir, qui peut pousser à des actes terribles et dangereux... Bonne soirée Anis !




laure 22/05/2013 10:42


Je savais que ta chronique serait magnifique comme à chaque fois. Je suis sur la même longueur d'onde que toi, à 100% sur tout ce que tu écris. Tout y est juste. J'ai pris le parti de plutôt
parler de mon ressenti que de l'histoire, sans donnner de détails et rester flou. Je trouve que nos critiques se complètent bien par leurs différences mais s'épousent par les ressentis similaires
:) Ce qui est aussi commun c'est notre coup de coeur :)


Gros bisous Heide :D bonne journée ;)

Heide 22/05/2013 22:09



Tu es trop gentille Laure ! Tu sais que j'ai eu du mal à l'écrire cet article tant le roman m'a émue, mais je suis
contente d'avoir pu exprimer ce qui me tenait à coeur. Bien sûr que nos avis sont complémentaires, si proches dans le ressenti. Nous avons juste adopté un point de vue différent pour présenter ce
roman magnifique. Moi aussi je me suis totalement retrouvée dans ce que tu as écrit. C'est passionnant les lectures communes et tellement enrichissant. J'adore ! Belle soirée et gros bisous !




Présentation

  • : Le blog de Heide
  • Le blog de Heide
  • : Un tour d'horizon de mes lectures, contemporaines ou classiques. De la poésie, juste pour le plaisir des mots ... De la littérature de jeunesse, au fur et à mesure de mes découvertes. Un peu de cinéma et de la BD de temps à autre ... Bienvenue ... à fleur de mots!
  • Contact

livre-volant.jpg

 

 

A lire absolument ! Efflorescences IsmaëlBilly

  Toutes les critiques parues sur Efflorescences d'Ismaël Billy

sont recensées sur la page web de l'écrivain. (ICI)

 

 
 


plume-ecrire-blog.jpg

Recherche

En ce moment, je lis / j'écoute ...

Duras le marin de g Jung_ame_vie_poche.jpg Lettre-a-Helga_2812.jpeg Camus_Lamortheureuse.jpg

Archives

Mon rendez-vous philo

chouette-300x211 

Pour en savoir plus sur le rendez-vous hebdomadaire et la lecture thématique mensuelle, c'est ICI.
La communauté "Les Lundis philo"est créée, n'hésitez pas à vous y inscrire !

 

10e rendez-vous thématique :

Lundi 12 août 2013 (date décalée)

Thème : le temps

Anis ?

Coccinelle

Denis

Lee Rony

Sophie ?

Heide

 

9e rendez-vous thématique :

Lundi 1er juillet 2013

Thème : le philosophe Albert Camus 

Coccinelle (alias Catherine) : Albert Camus

Denis : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Lee Rony : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Heide : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

 

8e rendez-vous thématique :

Lundi 3 juin 2013

Thème : Au bout du monde 

Deux approches : le voyage

et/ou

Philosophes/Philosophie du bout du monde (Asie, Moyen-Orient, Amérique latine, Australie...)

Anis : Les femmes, la philosophie et le voyage

Catherine : Au bout du monde avec l'idée de Dieu dans la philosophie religieuse de la Chine (Léon de Rosny)

Denis : Montesquieu, Voyages, Arléa

Lee Rony : Au bout du monde

Heide : Montaigne et le voyage

 

7e rendez-vous thématique :

Lundi 6 mai 2013

Thème : Littérature et philosophie

(Lecture commune récréative : Martin et Hannah de Catherine Clément)

Catherine lance deux débats passionnants pour dépasser le clivage entre littérature et philosophie.

Denis sur  Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder. A consulter aussi Hannah Arendt et Martin Heidegger de Elzbieta Ettinger (essai) : ici.

Lee Rony

Sophie sur Voltaire

Heide sur Martin et Hannah de Catherine Clément

 

6e rendez-vous thématique :

Lundi 1er avril 2013

Thème : La philosophie et le rire 

Catherine : Qui a écrit "Le rire est le propre de l'homme ?"

Denis  : autour d'une citation sur le rire philosophique. Candide de Voltaire (en attendant Bergson)

              Le Rire de Bergson

Lee Rony : Historique de la notion, façon Lee Rony.

Heide : Bergson, Le Rire, Essai sur la signification du comique

 

5e rendez-vous thématique :

Lundi 4 mars 2013

Thème : Femmes philosophes

Catherine : Cléobouline, l'une des premières femmes philosophes (Grèce antique)

Denis : Simone Weil, femme philosophe (1ère partie : sa vie et son oeuvre)

2e partie : La Pesanteur et la grâce (ICI)

Lee Rony signe un poème satirique "Femmes philosophes"

Heide : Hannah Arendt et la crise de la culture (1ère partie : présentation)

 

4e rendez-vous thématique :

Lundi 4 février 2013

Thème : Freud et la psychanalyse

Catherine : points communs et différences entre psychanalyse et philosophie

Denis : Le Malaise dans la culture de Sigmund Freud

Lee Rony  bientôt sur le divan avec cette lettre de son médecin traitant... Excellent ! 

Heide  : le fonctionnement de l'appareil psychique et L'Avenir d'une illusion


  3e rendez-vous thématique :

Lundi 7 janvier 2013

Thème : l'art, la beauté dans l'art

Catherine sur une citation de Platon

Denis sur Kandinsky, Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier

Lee Rony sur la question du point de vue, les rapports entre la distorsion des perceptions et la beauté artistique.

Heide sur un texte de Soseki Natsume, extrait d'Oreiller d'herbes, 1906


2e rendez-vous thématique :

Lundi 3 décembre 2012

Thème : la sagesse

Catherine : Oh non George ! Un album de Chris Haughton

Denis : ABC d'une sagesse par Svami Prajnanpad

Lee Rony : "Poésie lexicale"

Heide : Mathieu Ricard, Plaidoyer pour le bonheur

 

1er rendez-vous thématique :

Lundi 5 novembre 2012

Thème : le bonheur

Catherine : Le bonheur

Denis : Bruno Fabre, La Pyramide du bonheur

Lee Rony : Le bonheur

Heide : Le bonheur selon Marc-Aurèle

 

Challenge Marguerite Duras

LIRE L'OEUVRE DE MARGUERITE DURAS

mdjeuneInformations, inscriptions et dépôt de vos liens en cliquant ICI.


Je vous propose deux logos à insérer dans vos articles :

 

duras sourire

 

duras imec 1N'hésitez pas à nous rejoindre pour découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Marguerite Duras. Pensez à demander votre inscription à la communauté, si vous le souhaitez. Cela permet de recenser facilement l'ensemble des articles publiés.

 

Bibliographie et filmographie avec les liens vers les articles publiés : CLIC (en construction)

 

Deux sites incontournables : l'Association Marguerite Duras, qui organise notamment les Rencontres Duras au printemps et Duras mon amour (site géré par des étudiants italiens)

J'y participe

icone_redacteur2.gif

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

 

Challenge-Christian-Bobin

 

Challenge-Genevieve-Brisac-2013

 

 

challenge-daniel-pennac

 

 

voisins-voisines-2013

  

Defi-PR1

 

Classique-final-3.jpg

 

Ecoutonsunlivre

 

logochallenge2

 

logo-challenge-c3a0-tous-prix

 

logo-c3a9crivains-japonais 1

 

Arsene

 

camille-pissarro-the-louvre-and-the-seine-from-the-pont

 

challenge1_CarnetsderouteFBusnel.jpg

 

jelisalbums.jpg

 

ContesChallenge.jpg