Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 22:36

Roth_Nemesis.jpgPhilip Roth, Némésis, Gallimard, 2012

Roman (226 pages)

Traduit de l’américain par Marie-Claire Pasquier


Dans l’antiquité, Némésis était une divinité vengeresse qui punissait les crimes liés à l’hybris,  c’est-à-dire à la démesure dont l’orgueil. Par exemple, elle personnifiait la jalousie des dieux, qui frappaient les mortels suffisamment orgueilleux pour chercher à les égaler.

C'est le titre qui m’a tout d'abord intriguée, d'autant plus lorsque j'ai pris connaissance du sujet. Et puis avec Philip Roth, j'étais certaine de ne pas me tromper... J'ai passé commande au Père Noël et bien m'en a pris car c'est encore un immense coup de cœur que je vous présente aujourd’hui.

 

L’histoire raconte les circonstances et les conséquences d’une épidémie de polio très sévère, qui fit de nombreuses victimes durant l’été 1944 parmi les enfants de la petite ville de Newak. Eugène Cantor, surnommé Bucky, a été embauché comme directeur du terrain de jeu à l’école de Chancellor Avenue, pour l’été. C’est un jeune homme de vingt-trois ans, que l’éducation physique a rendu vigoureux et qui a suivi des études afin de devenir prof de sport. Réformé à cause de sa mauvaise vue, il en conçoit une certaine honte.

Quand les parents et la population affirment que ce sont « les Italiens », venus menacer Cantor à l’entrée du terrain de jeu, qui ont transmis la polio aux enfants en crachant sur le sol, Bucky Cantor, animé par un grand sens du devoir, les invite à rester calme, à ne pas transmettre « le virus de la peur ». Il parvient à convaincre les parents de laisser les enfants vivre leur vie et promet de veiller sur eux, en respectant de strictes mesures d’hygiène et de bon sens.

Mais cela ne suffit pas et d’autres enfants meurent dans de terribles souffrances. Désemparé, Bucky se rend alors chez le docteur Steinberg, le père de sa petite amie Marcy, pour lui demander s’il doit fermer le terrain de jeu. Le docteur tente de le rassurer : «  Une maladie invalidante qui attaque en premier lieu les enfants et en condamne certains – aucun adulte ne peut accepter ça de bon cœur. Nous avons tous une conscience, et une conscience est quelque chose de précieux, mais pas si elle commence à vous faire croire que vous êtes capable de ce qui dépasse de loin le champ de vos responsabilités. » (89) Et un peu plus loin, le docteur rappelle avec force leur mission, l’un en tant que médecin, l’autre en tant qu’enseignant : « Je m’oppose à ce qu’on fasse peur aux Juifs, point. Ça c’était l’Europe, c’est pour cela que les Juifs ont fui. Nous sommes en Amérique. Moins il y aura de peur, mieux cela vaudra. La peur fait de nous des lâches. La peur nous avilit. Atténuer la peur, c’est votre job, et le mien. » (90)

La réflexion prend un sens métaphorique et philosophique dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale car les enfants victimes de la polio sont pour la plupart d’origine juive.

Que décidera Bucky Cantor ? Car Marcy, très inquiète pour son amoureux, le supplie de démissionner et de la rejoindre dans le camp de vacances des Poconos, où elle encadre elle-même des enfants, au grand air, à l’abri des risques de contamination. Devant la nécessité de se protéger lui-même , le jeune homme parviendra-t-il à prendre un peu de distance avec des événements aussi tragiques, à mettre en sommeil sa mauvaise conscience et son sentiment de culpabilité ?


« Némésis dépeint avec tendresse le sort réservé aux enfants, le glissement de Cantor dans la tragédie personnelle et les effets terribles que produit une épidémie de polio sur la vie d’une communauté de Newak, étroitement organisée autour de la famille. » (Quatrième de couverture)

Philip Roth excelle dans l’analyse psychologique, notamment à travers le personnage de Bucky Cantor, qui, en proie à l’indécision et à un doute lancinant, cherchera jusqu’à la fin de ses jours à vaincre ses propres démons…

La construction romanesque est, comme toujours, remarquable : la focalisation est complexe car il s’agit en fait d’un long retour en arrière élaboré par un narrateur dont l’identité nous est inconnue jusqu’au dénouement. Mais la narration à la 3e personne n’est jamais un frein pour accéder à l’intériorité de Bucky, bien au contraire.

 

L’écriture est au service d’idées profondément humanistes : Philip Roth nous invite à réfléchir à la complexité des sentiments humains, en particulier dans les situations de crise. Je pense en particulier à ce passage : « Les antisémites disent que c’est parce que ce sont des juifs que la polio s’y propage. C’est à cause de tous les juifs que Weequahic est le centre de la paralysie, et c’est la raison pour laquelle il faut les isoler. Certains semblent penser que la meilleure solution pour se débarrasser de la polio serait d’incendier Weequahic, avec tous les juifs dedans. Il y a beaucoup d’agressivité à cause de toutes les choses délirantes que les gens disent par peur. Par peur et par haine. » (157)

Tout le roman est traversé par cette réflexion fondamentale sur l’intolérance.

 

Quant à la divinité grecque Némésis, elle pourrait bien être, pour l'auteur, l’allégorie d’une incompréhension universelle et atemporelle, celle des hommes souffrants face à un dieu cruel qui assassine ses enfants. Ainsi, pendant l’enterrement d’Alan Michaels, un jeune garçon de la communauté, le narrateur nous ouvre le cœur de Mr. Cantor : « Mieux eût valu cela, mieux eût valu sanctifier et apaiser les rayons non réfractés de Notre Père le Soleil que de se soumettre à un être suprême, quels que soient les crimes atroces qu’il Lui plaisait de perpétrer. Oui, mieux eût valu de loin, louer le procréateur irremplaçable qui rend notre vie possible depuis les origines – mieux eût valu, de loin, honorer de nos prières notre rencontre quotidienne tangible avec cet œil d’or omniprésent isolé dans la masse bleue du ciel et ayant le pouvoir immanent de réduire la terre en cendres – que d’avaler le mensonge officiel selon lequel Dieu est bon, et de se prosterner servilement devant un implacable assassin d’enfants. Cela eût mieux valu pour notre dignité, pour notre humanité, pour ce que nous nous devons à nous-mêmes, sans parler de notre quotidienne interrogation : à quoi ça rime, tout ça, bordel. » (67)


Belle lecture !

 

Heide

 

logochallenge2 challenge1 CarnetsderouteFBusnel

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DENIS 30/03/2013 21:16


oui pourquoi pas mais en juin par exemple

Heide 30/03/2013 23:39



Formidable alors ! Je suis partante pour lire Philip Roth, dans l'ordre chronologique. Goodbye Columbus, je
ne l'ai pas encore lu.



Anis 30/03/2013 17:24


Je n'ai lu qu'un livre de lui, une uchronie, et j'avais bien aimé. N'est-ce pas lui qui a décidé de ne plus écrire ?

Heide 30/03/2013 21:11



C'était Le Complot contre l'Amérique ? Apparemment, il aurait effectivement décidé de prendre sa retraite. C'est dommage et surprenant, je trouve.



DENIS 28/03/2013 11:36


je n'ai pas encore lu ce livre de Roth, mais encore une fois il est "génial"


quand je serai un peu moins pris par les challenges, lectures communes et livres d'éditeurs, je commencerai comme pour MD par sa premère oeuvre, pour reprendre son oeuvre depuis le début
"Goodbye, Columbus" (The first one)


 

Heide 30/03/2013 21:14



C'est une bonne idée ! Et puis, pourquoi pas organiser un hommage sur Bonheur de lire, un peu comme pour Hubert Nyssen ? Car Philip Roth prend sa retraite.



laure 23/03/2013 20:33


Quel beau coup de coeur encore Heide ! Je ne connais encore pas cet auteur (mais que fait-elle ? Lit-elle ? LOL). J'ai beaucoup envie de le découvrir, mais peut-être pas par celui-là, je ne sais
pas encore... il faut que je fouine dans ces ouvrages :D


Bonne soirée Heide et à très bientôt bises :D

Heide 30/03/2013 21:16



Mais si elle lit ! Et beaucoup, et elle nous régale ! Un homme, j'avais beaucoup aimé, si tu veux lire un
autre titre. Bises et bon week end.



Philisine Cave 23/03/2013 10:27


De lui, je connais La tache et Une vie. Je vois que j'ai tant à découvrir. Bises et merci. Tu aurais pu t'inscrire au challenge d'Yspaddaden sur les anniversaires
(http://yspaddaden.com/anniversaires/)

Heide 30/03/2013 21:20



Ah oui, tiens, c'est vrai ! Mais je me suis inscrite à tant de challenges que je ne m'en sors plus. On a tous tant à découvrir, tu sais. C'est aussi ce qui fait la richesse de nos échanges via
les blogs.



Présentation

  • : Le blog de Heide
  • Le blog de Heide
  • : Un tour d'horizon de mes lectures, contemporaines ou classiques. De la poésie, juste pour le plaisir des mots ... De la littérature de jeunesse, au fur et à mesure de mes découvertes. Un peu de cinéma et de la BD de temps à autre ... Bienvenue ... à fleur de mots!
  • Contact

livre-volant.jpg

 

 

A lire absolument ! Efflorescences IsmaëlBilly

  Toutes les critiques parues sur Efflorescences d'Ismaël Billy

sont recensées sur la page web de l'écrivain. (ICI)

 

 
 


plume-ecrire-blog.jpg

Recherche

En ce moment, je lis / j'écoute ...

Duras le marin de g Jung_ame_vie_poche.jpg Lettre-a-Helga_2812.jpeg Camus_Lamortheureuse.jpg

Archives

Mon rendez-vous philo

chouette-300x211 

Pour en savoir plus sur le rendez-vous hebdomadaire et la lecture thématique mensuelle, c'est ICI.
La communauté "Les Lundis philo"est créée, n'hésitez pas à vous y inscrire !

 

10e rendez-vous thématique :

Lundi 12 août 2013 (date décalée)

Thème : le temps

Anis ?

Coccinelle

Denis

Lee Rony

Sophie ?

Heide

 

9e rendez-vous thématique :

Lundi 1er juillet 2013

Thème : le philosophe Albert Camus 

Coccinelle (alias Catherine) : Albert Camus

Denis : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Lee Rony : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Heide : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

 

8e rendez-vous thématique :

Lundi 3 juin 2013

Thème : Au bout du monde 

Deux approches : le voyage

et/ou

Philosophes/Philosophie du bout du monde (Asie, Moyen-Orient, Amérique latine, Australie...)

Anis : Les femmes, la philosophie et le voyage

Catherine : Au bout du monde avec l'idée de Dieu dans la philosophie religieuse de la Chine (Léon de Rosny)

Denis : Montesquieu, Voyages, Arléa

Lee Rony : Au bout du monde

Heide : Montaigne et le voyage

 

7e rendez-vous thématique :

Lundi 6 mai 2013

Thème : Littérature et philosophie

(Lecture commune récréative : Martin et Hannah de Catherine Clément)

Catherine lance deux débats passionnants pour dépasser le clivage entre littérature et philosophie.

Denis sur  Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder. A consulter aussi Hannah Arendt et Martin Heidegger de Elzbieta Ettinger (essai) : ici.

Lee Rony

Sophie sur Voltaire

Heide sur Martin et Hannah de Catherine Clément

 

6e rendez-vous thématique :

Lundi 1er avril 2013

Thème : La philosophie et le rire 

Catherine : Qui a écrit "Le rire est le propre de l'homme ?"

Denis  : autour d'une citation sur le rire philosophique. Candide de Voltaire (en attendant Bergson)

              Le Rire de Bergson

Lee Rony : Historique de la notion, façon Lee Rony.

Heide : Bergson, Le Rire, Essai sur la signification du comique

 

5e rendez-vous thématique :

Lundi 4 mars 2013

Thème : Femmes philosophes

Catherine : Cléobouline, l'une des premières femmes philosophes (Grèce antique)

Denis : Simone Weil, femme philosophe (1ère partie : sa vie et son oeuvre)

2e partie : La Pesanteur et la grâce (ICI)

Lee Rony signe un poème satirique "Femmes philosophes"

Heide : Hannah Arendt et la crise de la culture (1ère partie : présentation)

 

4e rendez-vous thématique :

Lundi 4 février 2013

Thème : Freud et la psychanalyse

Catherine : points communs et différences entre psychanalyse et philosophie

Denis : Le Malaise dans la culture de Sigmund Freud

Lee Rony  bientôt sur le divan avec cette lettre de son médecin traitant... Excellent ! 

Heide  : le fonctionnement de l'appareil psychique et L'Avenir d'une illusion


  3e rendez-vous thématique :

Lundi 7 janvier 2013

Thème : l'art, la beauté dans l'art

Catherine sur une citation de Platon

Denis sur Kandinsky, Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier

Lee Rony sur la question du point de vue, les rapports entre la distorsion des perceptions et la beauté artistique.

Heide sur un texte de Soseki Natsume, extrait d'Oreiller d'herbes, 1906


2e rendez-vous thématique :

Lundi 3 décembre 2012

Thème : la sagesse

Catherine : Oh non George ! Un album de Chris Haughton

Denis : ABC d'une sagesse par Svami Prajnanpad

Lee Rony : "Poésie lexicale"

Heide : Mathieu Ricard, Plaidoyer pour le bonheur

 

1er rendez-vous thématique :

Lundi 5 novembre 2012

Thème : le bonheur

Catherine : Le bonheur

Denis : Bruno Fabre, La Pyramide du bonheur

Lee Rony : Le bonheur

Heide : Le bonheur selon Marc-Aurèle

 

Challenge Marguerite Duras

LIRE L'OEUVRE DE MARGUERITE DURAS

mdjeuneInformations, inscriptions et dépôt de vos liens en cliquant ICI.


Je vous propose deux logos à insérer dans vos articles :

 

duras sourire

 

duras imec 1N'hésitez pas à nous rejoindre pour découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Marguerite Duras. Pensez à demander votre inscription à la communauté, si vous le souhaitez. Cela permet de recenser facilement l'ensemble des articles publiés.

 

Bibliographie et filmographie avec les liens vers les articles publiés : CLIC (en construction)

 

Deux sites incontournables : l'Association Marguerite Duras, qui organise notamment les Rencontres Duras au printemps et Duras mon amour (site géré par des étudiants italiens)

J'y participe

icone_redacteur2.gif

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

 

Challenge-Christian-Bobin

 

Challenge-Genevieve-Brisac-2013

 

 

challenge-daniel-pennac

 

 

voisins-voisines-2013

  

Defi-PR1

 

Classique-final-3.jpg

 

Ecoutonsunlivre

 

logochallenge2

 

logo-challenge-c3a0-tous-prix

 

logo-c3a9crivains-japonais 1

 

Arsene

 

camille-pissarro-the-louvre-and-the-seine-from-the-pont

 

challenge1_CarnetsderouteFBusnel.jpg

 

jelisalbums.jpg

 

ContesChallenge.jpg