Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:21

chouette-300x211 

       Qu’est-ce qu’un sage ? Pour les Grecs qui connaissaient Sept sages, les philosophes présocratiques Stilpon, Chilon, Thalès, Pythagore, Empédocle, Phérécyde et Anarchis, la figure du sage représente celui qui sait et dont le jugement est sûr.

Dans l’acception contemporaine, le sage est celui qui a la connaissance juste des choses, celui qui, par son art de vivre, échappe aux tourments réservés au commun des mortels et connait bonheur et sérénité.

plaidoyerpourlebonheurRicard        Pour ce rendez-vous mensuel sur la sagesse, j’ai commencé avec grand intérêt l’essai Plaidoyer pour le bonheur de Matthieu Ricard, moine bouddhiste, interprète français du Dalaï-lama et chercheur en génétique cellulaire. J’avais déjà évoqué le parcours de Matthieu Ricard lorsque j’ai présenté il y a quelques mois La Citadelle des neiges.

J’avoue que je n’ai pas encore achevé la lecture de Plaidoyer pour le bonheur, par manque de temps uniquement, car mon intérêt va croissant au fil des pages : en effet, comme chacun d’entre nous, j’espère faire l’expérience du Soukha, cette plénitude sereine et durable, ce « profond équilibre émotionnel issu d’une compréhension subtile du fonctionnement de l’esprit ». J’ai choisi cet essai pour m’imprégner de la sagesse bouddhiste. Je connaissais l’esprit des ouvrages de Matthieu Ricard, l’altruisme - fondement même du bouddhisme- dont il fait preuve et que l’on ressent très nettement à la lecture de ses textes (et aussi derrière son sourire !) De nombreux passages de Plaidoyer pour le bonheur évoquent la sagesse et ses liens évidents avec le bonheur.

« En résumé, Soukha est l’état de plénitude durable qui se manifeste quand on s’est libéré de l’aveuglement mental et des émotions conflictuelles. C’est aussi la sagesse qui permet de percevoir le monde tel qu’il est, sans voiles ni déformations. C’est enfin la joie de cheminer vers la liberté intérieure, et la bonté aimante qui rayonne vers les autres » (page 23)

Pour répondre aux philosophes – dont Schopenhauer et Pascal Bruckner – qui pensent que le bonheur est impossible, Matthieu Ricard déclare : « La principale leçon que j’en tire est que, si le sage peut être heureux, c’est que le bonheur est possible. » (Page 88).

Il ajoute que « la personne du sage (et la sagesse qu’il incarne) ne représente pas un idéal inaccessible, mais un point de repère. » Ainsi, « il ne s’agit pas de renoncer à la vie qui est la nôtre, mais de bénéficier de l’éclairage de ceux qui ont élucidé la dynamique du bonheur et de la souffrance. » (page 89)

Un peu plus loin, Matthieu Ricard cite André Comte-Sponville expliquant que selon ce dernier « le sage n’a plus rien à attendre ni à espérer. Parce qu’il est pleinement heureux rien ne lui manque. Et parce que rien ne lui manque, il est pleinement heureux. » (Conférence Le Bonheur désespérément)

Alors, pour nous tous qui recherchons le bonheur, « le sage représente une note d’espoir : il me montre ce que je pourrais devenir. » (Page 90)

Et il rappelle que « du point de vue du bouddhisme, chaque être porte en lui un potentiel de perfection » : la « nature du Bouddha ».


Il me tarde de me replonger dans la pensée très éclairante de Matthieu Ricard. Un sage ? Peut-être. En tous cas, il rayonne de cette paix intérieure qu’il nous enjoint de rechercher pour être heureux. La sagesse, c’est aussi une forme de lucidité.

 

Ce mois-ci, Catherine présente un album lié au thème philosophique de la sagesse : Oh non George ! de Chris Haughton. Je l'ai ajouté in extremis sur la liste du Père Noël.

Lee Rony a écrit un "poème lexical" très émouvant sur la sagesse. Je trouve ce poème très juste et vraiment magnifique !

Demain, je complèterai avec le lien de Denis.


Le mois prochain, pour le premier lundi philo de l’année 2013, le lundi 7 janvier 2013, je vous propose le thème de l’art, de la beauté dans l’art, dans la vie… si cela vous tente !

 

Belle lecture et bon voyage philosophiques !

 

Repost 0
Published by Heide - dans Philosophie
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 09:00

barbarapianonoirpoche.jpgIl était un piano noir est sous-titré « Mémoires interrompus » car Barbara, de son vrai nom Monique Andrée Serf, est décédée brutalement, « d’un choc toxique infectieux d’évolution foudroyante », le 24 novembre 1997, avant d’avoir achevé son autobiographie. Elle avait commencé à l’écrire au printemps de la même année. Sa sœur et ses deux frères ont alors hésité à publier ces fragments que Barbara aurait remaniés et corrigés de nombreuses fois avant de rendre le manuscrit définitif un an plus tard, à l’automne 1998. En prenant la décision de leur publication, ils ont voulu saluer le public auquel Barbara a consacré toute sa vie - une vie intense et mouvementée -, allant à sa rencontre tout au long de sa carrière.

 

Dans ce récit à l'écriture fluide et joyeuse, on apprend ce que fut cette vie de nomade et à quel point sa vocation de chanteuse était ancrée en elle. Elle se confie aussi, pour la première fois, sur son enfance et le crime dont elle fut victime.

C’est un récit intimiste et sensible que j’ai eu plaisir à lire à l’occasion de cet hommage.


Le préambule est le passage que je préfère.Le voici dans son intégralité :

 

Plus jamais je ne rentrerai sur scène.

Je ne chanterai jamais plus.

Plus jamais ces heures passées dans la loge à souligner l'œil et à dessiner les lèvres avec toute cette scintillance de poudre et de lumière, en s'obligeant avec le pinceau à la lenteur, la lenteur de se faire belle pour vous.

Plus jamais revêtir le strass, le pailleté du velours noir.

Plus jamais cette attente dans les coulisses, le cœur à se rompre.

Plus jamais le rideau qui s'ouvre, plus jamais le pied posé dans la lumière sur la note de cymbale éclatée.

Plus jamais descendre vers vous, venir à vous pour enfin nous retrouver.

Un soir de 1993, au Châtelet, mon cœur, trop lourd de tant d'émotion, a brusquement battu trop vite et trop fort, et, durant l'interminable espace de quelques secondes où personne, j'en suis sûre, ne s'est aperçu de rien, mon corps a refusé d'obéir à un cerveau qui, d'ailleurs, ne commandait plus rien.

J'ai gardé, rivée en moi, cette panique fulgurante pendant laquelle je suis restée figée, affolée, perdue.

J'ai dû interrompre le spectacle pendant quelque temps, puis définitivement.

Je suis quand même partie en tournée, deux mois après ; je raconterai ce que fut cette tournée, du premier jour au dernier soir.

Ensuite j'ai regagné Précy avec un manque immense, et, durant deux ans, j'ai fait le deuil d'une partie de ma vie qui venait brusquement de se terminer.

Ecrire, aujourd'hui, est un moyen de continuer le dialogue.

Pourquoi ai-je accepté, pour la première fois, de parler d'un avant ? Parce que je suis la seule à pouvoir le faire ! Je vais donc essayer, même si le temps déforme les images qui deviennent floues ou, au contraire, trop précises, trop joyeusement ou douloureusement exactes.

J'ai beaucoup de travail qui m'attend, mais c'est un travail que j'aime, je ne vais pas m'en plaindre.

Il est six heures du matin, j'ai soixante-sept ans, j'adore ma maison, je vais bien. De la pièce où j'écris, je vois le jardin : les premières roses sont apparues et la glycine blanche dégouline dans le patio.

Toute une vie souterraine prend ses racines, là-bas, dans les eaux dormantes qui exhalent d'âcres senteurs de soufre.

J'ai appris à connaître tous les menus bruits, les différentes senteurs de la terre à chaque heure du jour. Seule une lumière féline, mouvante, me surprend parfois. Tout mon sang bat au rythme profond qui monte du sol. Une si grande paix se dégage de cet endroit qu'il me paraît souvent injuste et douloureux que l'univers entier ne la partage pas. Une paix intérieure que me procure le fait d'avoir pu m'octroyer pour le reste de mes jours ce "tout petit morceau de France", comme on dit.

 

Précy, 27 avril 1997

 

Barbara, Il était un piano noir, 1998, édition posthume 

 

Belle lecture !

A l'écoute, La Dame brune, un très émouvant duo Georges Moustaki - Barbara

   

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 23:15

litterature-francophone-d-ailleurs-1 WOTCKMJU

 

Pour ma première participation au rendez-vous de Denis, du blog Bonheur de lire, autour de la littérature francophone, je voulais remettre à l'honneur un roman très court, mais extrêmement puissant, qui m'avait émue lors de ma lecture il y a quelques mois.

Il s'agit de Syngué Sabou, pierre de patience d'Atiq Rahimi, récompensé par le prix Goncourt 2008.

 

En voici le lien : Atiq Rahimi, Syngué sabour, Pierre de patience

syngé sabour

Je le classe dans la 4e catégorie de la "géographie francophone" : écrivains qui ont choisi d'écrire en français, mais qui sont nés dans d'autres pays.

Atiq Rahimi est né en Afghanistan, il a connu la guerre dans son pays entre 1979 et 1984 avant d'obtenir l'asile politique en France, en 1984. Ensuite, il obtiendra un doctorat en audiovisuel à la Sorbonne. Il a la double nationalité française et afghanne.

 

Les groupes de classement sont les suivants (Denise Brahimi, Langue et littératures francophones, Ellipses)

 

1/ Littérature des pays où le français est la langue maternelle des écrivains :

- Belgique

- Suisse

- Québec et Canada français


2/ Littérature des pays où le français s'est développé comme langue de colonisation, et subsiste comme langue de culture ou de communication :

- Afrique Subsaharienne

- Madagascar

- Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc)

- Pays de la péninsule indochinoise (Vietnam, Cambodge, Laos


3/ Littérature des îles

- Iles créoles , Antilles, Haïti, îles de l'océan indien


4/ Ecrivains qui ont choisi de s'exprimer en français (et qui ne viennent pas de ces pays)

 

Belle lecture !


Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 22:58

logo-mardi-31 Sur une idée de Sophie, quelques mots ce soir sur Le Roman de Tristan et Iseut de Joseph Bédier, médiéviste du XIXe siècle qui a reconstitué le mythe à partir des fragments épars des versions de Béroul et Thomas.

 

    Tristan a tué le redoutable Morholt d’Irlande. Un sang vénimeux coule de ses blessures et, attendant la mort, Tristan convainc son oncle le roi Marc de déposer son corps sur une barque sans rames ni voile et de laisser  la « mer aventureuse » le guider vers une terre où il pourra peut-être guérir. Au bout de sept jours et sept nuits, il accoste au port de Weisefort où se trouve le corps du Morholt et sa nièce Iseut la Blonde, qui lui voue une haine mortelle. Elle est pourtant la seule à pouvoir sauver Tristan…

 

    Tristan s’adresse à Iseut la Blonde :

 

"Mais un jour deux hirondelles ont volé jusqu’à Tintagel pour y porter l’un de tes cheveux d’or. J’ai cru qu’elles venaient m’annoncer paix et amour. C’est pourquoi je suis venu te quérir par-delà la mer."

 

Belle lecture !

 

joseph-bedier-le-roman-de-tristan-et-iseut-livre-896246591_.jpg

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 22:14

 chouette-300x211

 

    La communauté La littérature au féminin ainsi que mes discussions avec Anis m’ont donné envie de présenter aujourd’hui cinq femmes philosophes dont je compte aborder les écrits dans les mois qui viennent. Comme je suis « neuve » en la matière, pour rédiger cet article, j’ai consulté quelques sites internet dont Wikipedia, à partir du portail « Femmes philosophes ».


dans_les_pas_de_hannah_arendt20100424.jpgHannah Arendt (1906-1975)

Philosophe allemande naturalisée américaine, elle a écrit sur la politique, le totalitarisme et la modernité. Les Origines du totalitarisme et La Crise de la culture font partie de ses œuvres majeures.

Aborder les essais de la phénoménologue Hannah Arendt est sans doute très ardu, alors je commencerai par la biographie que Laure Adler lui a consacrée : Dans les pas de Hannah Harendt, Gallimard, …(Lien France culture)

 

 
Petite parenthèse : Laure Adler est une journaliste de référence pour moi, une femme de lettres que j’apprécie beaucoup depuis que j’ai lu son émouvant récit autobiographique A ce soir où elle raconte la mort de son bébé et sa biographie de Marguerite Duras.

 

Elisabeth Badinter (née en 1944).

Agrégée de philosophie et spécialiste du siècle des Lumières, elle est très connue pour son engagement féministe.

J’aimerais lire Fausse route : Réflexions sur 30 années de féminisme, paru en 2003 et désormais édité en poche ainsi que Le Conflit, la femme et la mère, paru en 2010.

Badinter Fausse route  elisabeth-badinter-Conflitmereenfant.jpg

 

Simone de Beauvoir (1908-1986)

Théoricienne du féminisme, elle a participé au mouvement de libération des femmes dans les années 70. Elle était déjà engagée sur ce sujet dans les années d’après-guerre : son essai philosophique Le deuxième sexe a été vivement critiqué au moment de sa parution en 1949. La citation « On ne naît pas femme, on le devient », extraite de cet essai, est très connue. Existentialiste comme Sartre dont elle partagea la vie, son approche est cependant plus concrète et sa réflexion plus ancrée dans le vécu.


le-deuxieme-sexe1.jpg  beauvoir.jpg Le-deuxieme-sexe-tome-2.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catherine Clément (née en 1939)

Au début de sa carrière, sa rencontre avec Claude Lévi-Strauss l’a beaucoup influencée. Son premier essai est consacré à ce philosophe anthropologue : Levi-Strauss ou la structure du malheur, Seghers, 1970 (2e édition en 1974 et parution en Livre de poche, « Biblio Essais, en 1985). En 2003, elle lui a consacré un Que sais-je ?

Je ne connaissais pas Catherine Clément en tant que philosophe, mais comme romancière et j’avais beaucoup aimé La Valse inachevée et Pour l’amour de l’Inde, lus il y a quelques années.

Je crois qu’elle anime une émission sur France culture, il faudra que je vérifie.67532_une-catherine-clement.jpgclaude-levi-strauss-50272-250-400.jpg

Elisabeth de Fontenay (née en 1934)

Maître de conférences à la Sorbonne, elle a d’abord travaillé sur Karl Marx avant d’orienter ses recherches sur la problématique des rapports entre l’homme et l’animal dans l’Histoire. Elle s’interroge sur ce qui fait le « propre de l’homme » et défend l’idée qu’il n’existe pas de différence tranchée entre les deux.

Son ouvrage-phare s’intitule Le Silence des bêtes (Fayard, 1998). Elle y expose les conceptions de l’animal depuis l’Antiquité (à partir des présocratiques) et jusqu’à nos jours, en passant par "l’animal-machine" de Descartes. Merci à Anis de me l’avoir conseillée.

E. de Fontenay le silence des bêtes

 

Si vous souhaitez m’accompagner dans des lectures communes, j’en serais ravie !

 

L'article de Denis sur Les Essais de Michel de Montaigne.

 

Belles lectures et bons voyages philosophiques !


Repost 0
Published by Heide - dans Philosophie
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 10:00

BarbaraTelerama.jpgSamedi 24 novembre 2012, cela fera quinze ans que Barbara nous a quittés. Elle avait 67 ans. Beaucoup rendront hommage à ses  talents de poète et d'interprète, à sa présence sur scène. Aujourd'hui, la Dame brune reste une référence pour de nombreux artistes.

J'aime beaucoup les chansons de Barbara, la femme me touche aussi, énormément. Alors, je lui rendrai hommage moi-aussi en publiant samedi prochain un article sur Il était un piano noir... ses Mémoires inachevées, que je vais lire cette semaine.

 

Si vous souhaitez vous joindre à moi pour cet hommage, je mettrai un lien vers votre article avec un grand plaisir.

 

J'en profite pour signaler que Telerama a réédité pour l'occasion son hors-série Il y a quinze ans déjà Barbara, notre plus belle histoire d'amour. J'ai feuilleté ce magazine sorti le 7 novembre : les textes sont très denses et illustrés de belles photos. Un "document référence pour mieux comprendre son oeuvre et en saisir la portée."

La radio France Inter lui consacrera aussi une Journée Spéciale le 24 novembre.


Aujourd'hui, j'ai choisi de partager l'une de ses chansons engagées, magnifique chanson,BarbaraLeMaldevivre.jpg magnifique interprétation tant elle savait faire passer l'émotion dans sa voix.

"Göttingen" est extraite de l'album Le Mal de vivre (1964). Elle a été composée en juillet 1964, "en live", c'est-à-dire en Allemagne même, où elle s'est produite suite à l’invitation de Hans-Gunther Klein, directeur du Junges Theater de la ville universitaire de Göttingen Profondément touchée par l'accueil très chaleureux du public allemand, Barbara leur a offert cette chanson, composée sur place donc. Devenue un hymne à l'amitié franco-allemande et à la paix, elle évoque la seconde guerre mondiale et rend hommage aux enfants allemands et français morts durant ce conflit.

 


 

 

Barbara il me revient albumJ'aime toutes les époques de Barbara, y compris les dernières chansons que je vous conseille vivement d'écouter si vous ne les connaissez pas. Sa voix a changé bien sûr avec l'âge, mais elle a gagné en profondeur d'après moi.

Son dernier album Il me revient, enregistré en studio en 1996 avec Jean-Louis Aubert à la guitare électrique, est l'un de ceux que je préfère.

 

Bon dimanche et bonne écoute !

 

Heide

 

 

 

Repost 0
Published by Heide - dans Musique
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 22:15

doudoumechantPonti.gif    Ce soir, j'ai relu à Fleur un album de Claude Ponti, auteur-illustrateur d'albums pour enfants que j'adore moi-même depuis très longtemps, pour tout dire, depuis la sortie de l'album Okilélé, acheté pour mon fils aîné en 1993.

L'univers poétique et drôle de Claude Ponti est si inventif que les illustrations constituent à elles seules une histoire parallèle : elles n'ont pas pour seule fonction d'illustrer le texte, mais il faut y chercher de nouvelles péripéties et des clés de compréhension. Et puis les textes sont de véritables bijoux de créativité et de poésie. Par exemple, dans la maison du petit Oups, vivent les Blayettes et les Bouchanourrirs. Les pauvres vont être victimes du nouvel ami d'Oups...


    L'histoireexpo-ponti05-2


   Oups, un petit bonhomme mi-lutin mi-écureuil qui a toutes les caractéristiquesexpo-ponti03-6 physiques des personnages de Claude Ponti, trouve au grenier un Doudou "tout plat, tout triste et tout abandonné au fond d'un coffre". Après avoir rempli le Doudou avec des plumes, Oups se réjouit d'avoir un nouvel ami "qui ne le quittera jamais". Mais très vite, le Doudou commence à donner à Oups de "mauvaises bonnes idées" (j'adore !) et ce dernier accumule de si grosses bêtises qu'elles vont finir par mettre en danger Migou-Louyou, un autre petit lutin du village, enlevé par un monstre hideux à la carapace de crabe, un monstre pêcheur d'enfants redouté des villageois et nommé Grabador Crabamorr. Oups et le Doudou sont alors chassés, mais les bêtises ne s'arrêtent pas pour autant et on voit bien sur le visage du Doudou des rictus de plus en plus perfides. Cela va si loin que, lors de ce voyage initiatique forcé, le monde lui-même finit par exploser suite à la violente bagarre des montagnes !

 

" Elles se démolissent, s'écrabousillent, s'emmeurtrissent, se concassassinent. Elles explosent. Et le monde entier explose avec elles."

 

Heureusement pour le monde et les petits lecteurs, l'histoire finit bien comme dans les contes - d'ailleurs, l'histoire suit le schéma narratif du conte traditionnel. Oups finit par trouver la raison pour laquelle le Doudou était devenu si méchant et manipulateur...

 

    Les impressions de Fleur (et les miennes)

 

    Fleur, 4 ans et demi, a été captivée par cette histoire. Je l'ai vu à son air effaré devant les bêtises du petit personnage sous l'influence de son Doudou, à sa façon de réfléchir au problème et d'imaginer des solutions face à l'accumulation de catastrophes. Finalement, pour elle, "Oups devrait vider le Doudou", ce qui n'est pas faux puisque les ennuis ont commencé après qu'il a été rempli de plumes.

C'était formidable de discuter avec elle pendant la lecture, de l'écouter commenter et me dire qu'elle n'en voudrait pas, elle, d'un Doudou aussi méchant.

 

ponti.jpg

Claude Ponti (Photo : francetv.fr)

 

Les albums de Claude Ponti sont de véritables oeuvres car, outre la qualité des textes et des illustrations, ils suscitent une vraie réflexion.

Par contre, je lui avais lu cet album lorsqu'elle était plus petite, mais elle n'en avait pas saisi la portée, les différents degrés. Alors, 4-5 ans, c'est vraiment le bon âge pour commencer à découvrir le petit monde de Claude Ponti, avec le soutien d'un adulte cependant, pour attirer l'attention sur tel ou tel détail au cours de la lecture sans quoi l'enfant risque de passer, encore à cet âge, à côté de l'histoire. Il a fallu que je grossisse le trait, en jouant avec le ton de ma voix, que je lise avec entrain donc, mais assez lentement pour lui laisser le temps de bien observer les dessins.

 

Lire Le Doudou méchant, ce fut une occasion d'échanges passionnants et un excellent moment de lecture pour elle comme pour moi.

 

Belle lecture !

 

Je publie cet article dans le cadre du Challenge de Herisson Je lis aussi des albums. C'est ma deuxième participation, mon objectif étant de lire/relire et chroniquer dix albums d'ici le 31 décembre 2012. On y croit !

jelisaussialbumslogo

Repost 0
Published by Heide - dans Albums
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 16:42

 

mon-amie.png

 

Lundi, Fleur est rentrée de l'école toute contente de nous présenter le premier livre de son abonnement à Minimax (tranche d'âge 3-6 ans) de L'Ecole des loisirs.

 

Et c'est un album vraiment intéressant que nous avons eu plaisir à lui lire.

 

Quelques mots sur les auteurs

 

AVT_Alan-Mets_8591.jpegAlan Mets est né à Paris en 1961. Après des études de philosophie et de cinéma, il commence à écrire et à illustrer des livres pour enfants.

"Les héros d'Alan Mets sont tendres et loufoques. Leur visage rond et leur sourire vous entraîneront dans des aventures très originales, rocambolesques et drôles."

(Source : site Ricochet.fr)

 

Smadja.gif"Brigitte Smadja est née à Tunis en 1955. Normalienne et agrégée de lettres, elle est professeur à Paris. Elle a publié une trentaine de romans et une pièce de théâtre, "Bleu, blanc, gris" (diffusée sur France Culture en 1999) à l'Ecole des Loisirs où elle dirige la collection "Théâtre". Elle est également l'auteur de plusieurs romans chez Actes Sud, "Le jaune est sa couleur", "Des coeurs découpés", "Mausolée", "Une éclaircie est annoncée ", "Natures presque mortes" et "Le jour de la finale"."

(Source : fiche auteur L'Ecole des loisirs)

 

Amis dans la vie, ces deux auteurs parlent de "travail à quatre mains" pour la conception de cet album.

 

L'histoire


Au parc, Adonis doit aller jouer avec "ses petits amis" sous la pression de sa mère qui veut discuter tranquillement avec ses "grands amis". Le petit garçon essaie de s'intégrer à une bande d'enfants plus âgés qui jouent au foot, mais ceux-ci le rejettent et un Très-Grand lui ordonne même de "dégager", assez brusquement.

Alors Adonis se sent exclu et il pleure à chaudes larmes, ce que l'on voit sur l'illustration. Contrairement à ce que pensent les adultes, il n'est pas si facile de se faire des copains !

Adonis est sur la défensive lorsqu'il croit sentir, soudain,  derrière lui un nouvel ennemi. Mais celle qui surgit porte en fait le visage réconfortant de l'amitié...

 

Un joli album, non dénué d'humour et plein d'émotion surtout.

 

Belle lecture !

 

Edit : je viens de m'inscrire sur le site de Herisson afin de participer à son challenge Je lis aussi des albums 2012. Il ne me reste plus que quelques semaines pour chroniquer les dix albums du Petit Challenge ! Fin du Challenge le 31 décembre 2012...

 

jelisaussialbumslogo.png

Repost 0
Published by Heide - dans Albums
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 23:32

logo-mardi-31

Je viens de commencer le roman de Claudie Hunzinger, une artiste et écrivaine dont j'avais aimé les propos à la Grande Librairie, en septembre.

 

Sur une idée de Sophie, voici ce que l'on peut lire à la page 31 de ce roman de la rentrée littéraire :


"En habitant au Brézouard, nous serions à six heures de cheval (ou à une heure à vol de corbeau tenant dans son bec un petit pain) du couvent d'Issenheim au bord de la plaine du Rhin. Tout l'humanisme, la Théologie, l'Orient et la Kabbale étaient autrefois rassemblés dans sa bibliothèque."

 

Qu'est-ce que le Brézouard ? C'est le massif sur lequel un couple de libraires décide de s'installer. Ils vont alors s'isoler du monde, dans leur maison La Survivance, "tels des Robinson Crusoé du XXIe siècle, exclus de la société matérialiste." (Quatrième de couverture). Ils n'ont emporté avec eux que des livres, une ânesse et une chienne.

 

Belle lecture !

 

La Survivance

Repost 0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 22:44

 

1-Nietzsche.jpg

Friedrich Nietzsche

Philosophe allemand

1844- 1900

 

 

"Deviens ce que tu es. Fais ce que toi seul peut faire."


Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, 1885

 

Trouver qui nous sommes, laisser émerger notre véritable identité, et agir toujours en accord avec notre nature profonde. Ôter le vernis social sous lequel nous nous cachons pour pouvoir être pleinement nous-même, agir toujours en accord avec nous-même et ne pas hésiter...

 

Voilà ce que m'inspirent ces deux conseils de Niestzche. Et vous ?

 

Bonne semaine et bon voyage philosophique !

Heide

 

chouette-300x211

Repost 0
Published by Heide - dans Philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Heide
  • Le blog de Heide
  • : Un tour d'horizon de mes lectures, contemporaines ou classiques. De la poésie, juste pour le plaisir des mots ... De la littérature de jeunesse, au fur et à mesure de mes découvertes. Un peu de cinéma et de la BD de temps à autre ... Bienvenue ... à fleur de mots!
  • Contact

livre-volant.jpg

 

 

A lire absolument ! Efflorescences IsmaëlBilly

  Toutes les critiques parues sur Efflorescences d'Ismaël Billy

sont recensées sur la page web de l'écrivain. (ICI)

 

 
 


plume-ecrire-blog.jpg

Recherche

En ce moment, je lis / j'écoute ...

Duras le marin de g Jung_ame_vie_poche.jpg Lettre-a-Helga_2812.jpeg Camus_Lamortheureuse.jpg

Archives

Mon rendez-vous philo

chouette-300x211 

Pour en savoir plus sur le rendez-vous hebdomadaire et la lecture thématique mensuelle, c'est ICI.
La communauté "Les Lundis philo"est créée, n'hésitez pas à vous y inscrire !

 

10e rendez-vous thématique :

Lundi 12 août 2013 (date décalée)

Thème : le temps

Anis ?

Coccinelle

Denis

Lee Rony

Sophie ?

Heide

 

9e rendez-vous thématique :

Lundi 1er juillet 2013

Thème : le philosophe Albert Camus 

Coccinelle (alias Catherine) : Albert Camus

Denis : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Lee Rony : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

Heide : L'Ordre libertaire. La Vie philosophique d'Albert Camus de Michel Onfray

 

8e rendez-vous thématique :

Lundi 3 juin 2013

Thème : Au bout du monde 

Deux approches : le voyage

et/ou

Philosophes/Philosophie du bout du monde (Asie, Moyen-Orient, Amérique latine, Australie...)

Anis : Les femmes, la philosophie et le voyage

Catherine : Au bout du monde avec l'idée de Dieu dans la philosophie religieuse de la Chine (Léon de Rosny)

Denis : Montesquieu, Voyages, Arléa

Lee Rony : Au bout du monde

Heide : Montaigne et le voyage

 

7e rendez-vous thématique :

Lundi 6 mai 2013

Thème : Littérature et philosophie

(Lecture commune récréative : Martin et Hannah de Catherine Clément)

Catherine lance deux débats passionnants pour dépasser le clivage entre littérature et philosophie.

Denis sur  Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder. A consulter aussi Hannah Arendt et Martin Heidegger de Elzbieta Ettinger (essai) : ici.

Lee Rony

Sophie sur Voltaire

Heide sur Martin et Hannah de Catherine Clément

 

6e rendez-vous thématique :

Lundi 1er avril 2013

Thème : La philosophie et le rire 

Catherine : Qui a écrit "Le rire est le propre de l'homme ?"

Denis  : autour d'une citation sur le rire philosophique. Candide de Voltaire (en attendant Bergson)

              Le Rire de Bergson

Lee Rony : Historique de la notion, façon Lee Rony.

Heide : Bergson, Le Rire, Essai sur la signification du comique

 

5e rendez-vous thématique :

Lundi 4 mars 2013

Thème : Femmes philosophes

Catherine : Cléobouline, l'une des premières femmes philosophes (Grèce antique)

Denis : Simone Weil, femme philosophe (1ère partie : sa vie et son oeuvre)

2e partie : La Pesanteur et la grâce (ICI)

Lee Rony signe un poème satirique "Femmes philosophes"

Heide : Hannah Arendt et la crise de la culture (1ère partie : présentation)

 

4e rendez-vous thématique :

Lundi 4 février 2013

Thème : Freud et la psychanalyse

Catherine : points communs et différences entre psychanalyse et philosophie

Denis : Le Malaise dans la culture de Sigmund Freud

Lee Rony  bientôt sur le divan avec cette lettre de son médecin traitant... Excellent ! 

Heide  : le fonctionnement de l'appareil psychique et L'Avenir d'une illusion


  3e rendez-vous thématique :

Lundi 7 janvier 2013

Thème : l'art, la beauté dans l'art

Catherine sur une citation de Platon

Denis sur Kandinsky, Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier

Lee Rony sur la question du point de vue, les rapports entre la distorsion des perceptions et la beauté artistique.

Heide sur un texte de Soseki Natsume, extrait d'Oreiller d'herbes, 1906


2e rendez-vous thématique :

Lundi 3 décembre 2012

Thème : la sagesse

Catherine : Oh non George ! Un album de Chris Haughton

Denis : ABC d'une sagesse par Svami Prajnanpad

Lee Rony : "Poésie lexicale"

Heide : Mathieu Ricard, Plaidoyer pour le bonheur

 

1er rendez-vous thématique :

Lundi 5 novembre 2012

Thème : le bonheur

Catherine : Le bonheur

Denis : Bruno Fabre, La Pyramide du bonheur

Lee Rony : Le bonheur

Heide : Le bonheur selon Marc-Aurèle

 

Challenge Marguerite Duras

LIRE L'OEUVRE DE MARGUERITE DURAS

mdjeuneInformations, inscriptions et dépôt de vos liens en cliquant ICI.


Je vous propose deux logos à insérer dans vos articles :

 

duras sourire

 

duras imec 1N'hésitez pas à nous rejoindre pour découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Marguerite Duras. Pensez à demander votre inscription à la communauté, si vous le souhaitez. Cela permet de recenser facilement l'ensemble des articles publiés.

 

Bibliographie et filmographie avec les liens vers les articles publiés : CLIC (en construction)

 

Deux sites incontournables : l'Association Marguerite Duras, qui organise notamment les Rencontres Duras au printemps et Duras mon amour (site géré par des étudiants italiens)

J'y participe

icone_redacteur2.gif

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

 

Challenge-Christian-Bobin

 

Challenge-Genevieve-Brisac-2013

 

 

challenge-daniel-pennac

 

 

voisins-voisines-2013

  

Defi-PR1

 

Classique-final-3.jpg

 

Ecoutonsunlivre

 

logochallenge2

 

logo-challenge-c3a0-tous-prix

 

logo-c3a9crivains-japonais 1

 

Arsene

 

camille-pissarro-the-louvre-and-the-seine-from-the-pont

 

challenge1_CarnetsderouteFBusnel.jpg

 

jelisalbums.jpg

 

ContesChallenge.jpg